Désolé, vous devez activer Javascript pour visiter ce site.

Ministère des Infrastructures, des Transports Terrestres et du Désenclavement

Les ministres sénégalais et mauritaniens en charge des Transports terrestres et des Finances ont signé le jeudi 25 mars, à Rosso Mauritanie, les contrats pour la construction du pont de Rosso entre le Sénégal et la Mauritanie. Le démarrage des travaux est prévu en juin 2021, pour une durée de 30 mois avec un financement de près de 60 milliards Fcfa de la Banque Africaine de Développement (BAD), de la Banque Européenne d’Investissement et d’un don de l’Union Européenne.

La réalisation du Pont de Rosso fait suite aux instructions données par le Président Mohamed Ould Cheikh El-Ghazaouani et le Président Macky SALL, aux ministres concernés par ce projet d’accélérer le démarrage des travaux. Cette initiative traduit ainsi la ferme et commune volonté d’impulser un souffle nouveau aux relations entre les deux pays frères, en agissant ensemble pour construire, à tous les niveaux, une collaboration dynamique, positive et confiante. 

Prévu pour améliorer les conditions de traversée des populations, le pont est long de 1461 mètres, large de 14,55 mètres, avec 8 kilomètres de routes d’accès. Il a une chaussée à deux voies, avec une durée de vie de 100 ans. Une voie de contournement de 6 kilomètres du côté de la Mauritanie et quelques centaines de mètres du côté du Sénégal. Ce projet a vu le jour grâce à la volonté des deux chefs d’État de soulager les populations.

La construction du Pont de Rosso, infrastructure essentielle du corridor Trans côtier Tanger-Casablanca-Nouakchott-Dakar-Abidjan-Lagos, participe grandement à la mise en œuvre de la politique d'intégration sous régionale. Cette dernière a pour ambition de favoriser l'interconnexion des réseaux routiers des deux pays, réduire la durée des voyages, accroître les échanges commerciaux et renforcer la cohésion entre les deux peuples.

Le pont constitue une passerelle stratégique et économique entre la Mauritanie et le Sénégal. Il servira de trait d’union entre l’Europe et l’Afrique subsaharienne. Le Pont de Rosso s'inscrit donc parfaitement dans une volonté partagée de renforcer la coopération entre la Mauritanie et le Sénégal et dans le choix d'accorder une importance particulière à la construction d'infrastructures de transport à dimension régionale et continentale, conformément aux stratégies établies par l'Organisation pour la Mise en Valeur du Fleuve Sénégal (OMVS) et le Nouveau partenariat pour le développement de l’Afrique (Nepad).

Le ministre Mansour Faye a profité de la cérémonie de signature des contrats pour appeler tous les services compétents à travailler rapidement sur un accord consensuel pour la suppression de la pratique de rupture de charge à la frontière entre les deux pays. Cette pratique, en plus de constituer un obstacle majeur au développement des échanges entre les deux pays, est une condition liée aux accords de prêt. Il a aussi invité les deux parties à travailler sur un plan de gestion et d’exploitation du pont qui permettra de garantir la durabilité des investissements. Elles devront également trouver des moyens suffisants pour assurer l’entretien de l’ouvrage.