Désolé, vous devez activer Javascript pour visiter ce site.

Ministère des Infrastructures, des Transports Terrestres et du Désenclavement

Le projet de budget 2021 du Ministère des Infrastructures, des Transports terrestres et du Désenclavement a été voté par la majorité des députés de l’Assemblée national, le lundi 7 décembre 2020. Le montant s’élève à 298 770 745 213 F Cfa. Ce budget est réparti entre les différents programmes logés dans le département. Il s’agit des programmes de : Développement, gestion et entretien des infrastructures routières ; Développement, gestion et entretien du réseau ferroviaire ; Développement et Modernisation des services de transport ; Pilotage, gestion et coordination administrative. Pour ce qui est du budget des autorisations d’engagement pour les trois prochaines années, il est arrêté à 2 227 204 896 487 F Cfa.

Le ministre Mansour Faye, a profité de la tribune que lui a offerte la représentation nationale pour les rassurer sur certains projets. Relativement au Train express régional (TER), le ministre a annoncé que le TER va démarrer son exploitation commerciale dans le second semestre de l’année 2021. Pour le projet pilote de Bus rapid transit (BRT), la libération des emprises est réalisée à 95% et a impacté 2956 personnes. Le niveau d’exécution physique du projet, ralenti sous l’effet de la Covid-19, est de 15%. Par ailleurs, l’Etat a mobilisé 10 milliards dans le cadre du budget de 2021, pour la réhabilitation de la voie et des gares ferroviaires jusqu’à Kidira, par l’intermédiaire de la société nationale «Les Chemins de fer du Sénégal » (CFS). Celle-ci a, d’ailleurs, acquis six locomotives en Afrique du Sud. 

En ce qui concerne les nombreuses doléances de constructions et réhabilitations routières, M. Faye a affirmé que son département ne ménagera aucun offert pour réaliser les projections inscrites dans le budget 2021, dans la limite des ressources disponibles. Pour l’axe Bambey-Baba Garage-Mékhé, il a pris l’engagement de sa réalisation en 2021. Néanmoins, il s’est engagé, dans un premier temps à effectuer, dès la fin de la session budgétaire, des tournées avec ses services (Ageroute et FERA) et les élus dans toutes les régions du pays, afin d’établir un chronogramme d’exécution de ce qui est possible de faire, en termes d’infrastructures routières.