Désolé, vous devez activer Javascript pour visiter ce site.

Ministère des Infrastructures, des Transports Terrestres et du Désenclavement

Le samedi 5 mars 2022, le président de la République, son excellence Macky Sall a lancé les travaux de la deuxième phase du Train express régional (Ter). La cérémonie de lancement s’est tenue à l’Aéroport International Blaise Diagne de Dakar (Aibd).

Cette deuxième partie, de ce projet emblématique du Plan Sénégal émergent (Pse), concerne 19 km. Cette ligne va relier la nouvelle ville de Diamniadio et Diass, où se trouve l’Aéroport Internationale Blaise Diagne. D’un coût global de 204 milliards de F Cfa, le projet sera financé par la Banque africaine de développement (Bad), la Banque Islamique de développement (Bid), la Banque d’investissement de la Cedeao (Bidc) et des prêts français.

A terme, le trajet entre le centre-ville de Dakar et l’aéroport internationale Blaise Diagne, soit 57 kilomètres, se fera en 45 minutes.

La première phase a été lancée en 2017. Elle a coûté 780 milliards de francs Cfa, dont 238,1 milliards fournis par l’Etat du Sénégal. Le reste de l’argent est composé de prêts de la Banque islamique de développement (Bid), de la Banque africaine de développement (Bad), de l’Agence française de développement (Afd) et de la Banque publique d’investissement (France).

Ce sont 22 entreprises sénégalaises et étrangères qui ont participé aux travaux de conception, de conseil, d’exécution, de certification et d’exploitation du train. Le TER vise à désengorger Dakar qui concentre sur 0,3 % du territoire, le cinquième des 17 millions de sénégalais et la quasi-totalité des activités économiques du pays.

Le TER relie, depuis le 27 décembre 2021, le centre-ville et la nouvelle ville de Diamniaidio en quelques minutes, sur 36 km. Il transporte des milliers de passagers par jour, avec des tarifs de 500 F Cfa entre Dakar et Thiaroye, 1000 F entre Dakar et Rufisque, 1500 F entre Dakar et Diamniadio, et 2500 F en première classe. Chaque train possède 4 wagons ayant une capacité maximale de 565 passagers avec deux niveaux de confort. Un train s’ébranle toutes les 20 minutes, et ce, jusqu’à 22 h, ainsi que le dimanche. Ce qui a fait dire au Président de la République, lors de la mise en service de la première phase, qu’avec le TER, «le Sénégal entre dans l’ère de l’émergence».