Désolé, vous devez activer Javascript pour visiter ce site.

Ministère des Infrastructures, des Transports Terrestres et du Désenclavement

Le jeudi 19 mai 2022, le ministre des Infrastructures, des Transports terrestres et du Désenclavement, Mansour Faye a lancé les travaux des axes routiers :  Bambey - Baba Garage - Keur Samba Kane -Touba Toul et Baba Garage – Mékhé -Fass Boye. L’aménagement et le bitumage de ces routes rentrent dans le cadre du Programme d’Urgence des Routes de Désenclavement financé par l’État du Sénégal et la Banque Arabe pour le Développement Économique en Afrique (BADEA) et le Programme Spécial de Désenclavement financé par l’État du Sénégal à travers la Grande Bretagne par le biais de UKEF.

D’un coût total de 28 Milliards de FCFA, les travaux de ce projet concernent un linéaire de 103 Km. Pour le ministre, «cette infrastructure va consolider le rôle de carrefour commercial et économique d’une vaste zone fortement peuplée à cheval sur les régions de Thiès et de Diourbel. Ces routes auront un impact économique de premier plan, en permettant la liaison des principaux axes structurants que sont la Nationale 1, la Nationale 3, la Nationale 7 entre elles ; mais aussi la jonction avec les autoroutes Ila Touba et Dakar – Tivaouane - Saint Louis».

Le ministre a profité de l’évènement pour appeler les usagers au respect des règles de sécurité et de sûreté routières. «Nos routes font trop de morts, souvent pour défaut du respect du Code de la Route. Des mesures ont été déjà prises par mes services pour mieux appliquer les sanctions prévues par les textes» lance M. Faye.  

A ce titre, le ministre a salué les avancées introduites notamment avec la numérisation et la sécurisation des titres de transport et la création d’une Agence Nationale de la Sécurité Routière (Anaser) qui est un des chantiers majeurs du Gouvernement.

Le ministre a aussi rappelé qu’en plus des deux programmes routiers, qui ont permis le financement des deux projets, l’Etat du Sénégal  va bientôt démarrer le Programme d’amélioration de la connectivité́ des zones agricoles du nord et du centre, à hauteur de 200 millions de dollars, avec l’appui de la Banque mondiale et le PDZAM avec la Banque Africaine de Développement.