Désolé, vous devez activer Javascript pour visiter ce site.

Ministère des Infrastructures, des Transports Terrestres et du Désenclavement

La réhabilitation de la route nationale n°4 (RN4) a démarré. Le lundi 7 novembre 2022, M. Mansour Faye, ministre des Infrastructures, des Transports terrestres et du Désenclavement, a effectué une visite de chantier du projet de réhabilitation de l’axe Sénoba-Ziguinchor-Mpack. D’un coût global de 78 milliards de F Cfa, le projet va permettre la réfection de cette route longue de 165 km et qui va de la frontière avec la Gambie à celle avec la Guinée-Bissau.

En effet, elle relie la Gambie, le Sénégal et la Guinée-Bissau parce qu’elle prend départ à Sénoba, à la frontière avec la Gambie, jusqu’à Mpack, la frontière avec la Guinée-Bissau.

Selon le chef du projet, le démarrage des travaux a connu quelques retards, dus notamment à un problème de passation de marché. Mais aujourd’hui, toutes les contraintes ont été levées, rassure Aliou Mané, chef du projet à Ageroute. Les engins sont sur le terrain depuis janvier 2022.

En visite sur les lieux, le Ministre des Infrastructures, des Transports terrestres et du Désenclavement, Mansour Faye, a pu se rendre compte de l’effectivité du projet, dont le chantier est divisé en quatre lots. Les pistes de déviation pour maintenir la continuité de la circulation sont en train d’être terminées. « Le projet prévoit aussi un linéaire de 13 km de voirie répartis entre les départements de Bounkiling et de Bignona, dont 4 km entre Wandifa et Bounkiling, 8 km à Bignona et 1 km à Coubanao sous forme de chantier-école », précise M. Mané. L’aménagement de pistes de connexion, d’une longueur de 95 km, est également prévu dans ce projet et concerne, par exemple, des interconnexions entre Tobor-Niamone-Colomba et Sindian, Bounghari et Bona. Une manière de désenclaver ces zones à forte potentialité agricole et de les rapprocher des grands centres commerciaux, pour un meilleur écoulement des produits.

Par ailleurs, Aliou Mané explique qu’il est prévu des aménagements spécifiques pour la ville de Ziguinchor. Il s’agit notamment de l’érection d’un parking de stationnement de poids lourds, pour faire face au problème de parking irrégulier de camions dans la capitale du sud. Au-delà de la ville de Ziguinchor, les 17 communes impactées par le projet, bénéficieront d’infrastructures sociales et marchandes, de gares routières, de forages, de périmètres maraîchers, d’éclairage public, de reboisement…Dans le cadre du volet employabilité, 200 jeunes, sur un objectif de 500, ont été déjà formés dans les métiers du Btp : ferraillage, conduite d’engins, topographie, maçonnerie, bétonnage…La fin des travaux est prévue courant 2024.